Autres infrastructures possibles

Infrastructure PoC / test

Dans le cadre d’une installation de test ou PoC (preuve de concept) il est habituel d’installer Publik sur une seule machine. Dans ce cas, toutes les briques partagent :

  • un seul frontal ngnix
  • un seul serveur de base de donnée
  • des espaces disques locaux (/var/lib/brique)
  • un système de log (en général le syslog système)

Dans ce cadre, Publik peut être installé sur une machine aujourd’hui habituelle :

  • processeur x86-64 double cœur
  • mémoire vive 2Go
  • espace disque 10Go, voire moins

Cependant et pour rappel, Publik nécessitant un fonctionnement HTTPS, il reste nécessaire de disposer :

  • d’un enregistrement DNS par brique instanciée ;
  • d’un certificat x509 valable pour chaque brique, généralement un wildcard sur le domaine choisi.

Infrastructure légère et « élastique »

Entre une infrastructure SaaS telle que celle gérée par Entr’ouvert capable de répondre à des dizaines d’installations, et une infrastructure minimale telle que celle décrite pour un PoC, toutes les combinaisons sont possibles.

La partie la plus délicate à gérer est souvent la partie x509, et parfois la partie DNS quand il est question de pouvoir créer de nouvelles instances automatiquement dans le cadre d’un ensemble de communes (syndicat, organisme, métropole ou agglomération désirant diffuser la solution Publik à ses « membres »).

Pour rendre l’installation « élastique », c’est-à-dire capable de s’adapter au futur, il est conseillé :

  • de virtualiser toutes les machines ;
  • d’utiliser une technique de virtualisation permettant des modifications CPU, RAM et disque faciles, idéalement à chaud ;
  • de disposer d’un serveur PostgreSQL central ;
  • d’avoir accès à un SAN pour le stockage des données ;
  • d’avoir toute liberté sur la partie DNS, éventuellement via des CNAME ou une délégation de zone ;
  • de disposer d’un certificat x509 wildcard pour chaque domaine à gérer.

Une fois l’installation effectuée, il est souvent assez simple de permettre le déplacement d’une brique vers une autre machine : copie des configurations et des données, modification DNS, l’opération correctement préparée est sans risque et ne provoque pas de coupure de plus de 10 minutes.

Infrastructure pour hébergement sur site

Un hébergement sur site est de type « élastique » (cf supra), voici les recommandations d’usage pour l’initialisation :

  • machine « IdP » pour authentic (utilisable par d'autres systèmes que Publik)
  • machine « applications » : hobo + combo + w.c.s. + fargo + passerelle
  • machine PostgreSQL
  • autres briques sur une autre machine ou sur la machine « applications »
  • backups et redondance (fail-over) assurés par ailleurs

Pour une collectivité avec plusieurs déploiements prévus à l’initialisation, la machine « applications » peut être scindée :

  • machine hobo + combo + passerelle
  • machine w.c.s. + fargo (porte-documents)
  • autres briques sur une machine tierce

Toutes les machines sont virtuelles et modifiables rapidement (CPU et RAM) avec une marge importante. Les répertoires de données proviennent d'un SAN et sont extensibles, principalement pour w.c.s. et fargo (porte-documents).

Caractéristiques d’une machine virtuelle à l’initialisation :

  • processeur x86-64 4 cœurs
  • mémoire vive 4Go
  • espace disque 16Go ; et plus (via SAN) sur les applications stockant des documents w.c.s. et fargo.

Le serveur PostgreSQL est sécurisé, c’est-à-dire qu’il dispose au moins d'un slave pour fail-over. Si besoin il peut être installé par Entr’ouvert.

Accès à un S.I. tiers

Lorsque Publik doit accéder à un système d’information tiers, il doit y avoir ouverture des flux nécessaires :

  • accès webservices : passerelle consomme ou fourni des webservices au S.I. tiers ;
  • accès LDAP pour les annuaires : accès par l’IdP pour authentification et synchonisation.

Pour les webservices, la connexion sera effectuée par Passerelle, via un connecteur.

Si le connecteur n’existe pas encore et doit donc être programmé, les webservices tiers doivent utiliser des protocoles ouverts et reconnus, tels que REST/JSON ou SOAP. Ils doivent être documentés et validés.

Protection des accès webservices

Logo Publik

Les webservices, en entrée comme en sortie, doivent utiliser HTTPS. L’authentification peut être :

  • en login/mot de passe (HTTP Basic authentication)
  • par certificat X509 client et serveur
  • … tout autre mode d’authentification peut être étudié par Entr’ouvert.

Note : les API internes à Publik utilisent un système d’authentification spécifique similaire à JWT, décrit dans http://doc.entrouvert.org/wcs/dev/#api

Note 2 : En cas de proxy sur la chaîne, il faut vérifier l’absence de cache.

Protection de l’accès LDAP : X509

La connexion LDAP doit se faire en TLS, avec des certificats X509 clients et serveurs validés de chaque côté. Entr’ouvert peut fournir des certificats depuis son AC privée.

S’il s’agit d’un accès LDAP à un système Active Directory, voici deux documentation concernant la mise en place de TLS sur ce système :

Ajout de protections sur webservices existants

Au cas où les logiciels tiers ne mettent pas en place de protection suffisante sur leurs webservices, plusieurs solutions de sécurisation peuvent être envisagées, dont les plus classiques sont : ajout d’un reverse-proxy, ajout d’une instance « locale » de Passerelle, mise en place d’un VPN.

Ajout d’un reverse-proxy

Un reverse-proxy est placé en frontal devant les webservices, ajoutant la couche HTTPS et/ou une authentification (par HTTP Basic ou X509). C’est généralement la solution la plus efficace, simple à mettre en place et ne nécessitant qu’une maintenance classique, qui peut être intégrée à la maintenance générale du SI. C’est donc la solution conseillée.

Logo Publik

Le reverse-proxy est une solution de type Apache ou Nginx. Il est connecté d’une part au webservice à diffuser, et d’autre part à un réseau accessible par Publik. Il ajoute :

  • le chiffrage du flux (HTTPS) ;
  • une authentification : soit basique, soit basée sur un certificat X509 client ;
  • un filtrage des URLs accessibles ou non depuis telle ou telle IP (typiquement pour l’IP de la passerelle Publik).

Un filtrage IP général peut également être ajouté au niveau d’un firewall placé en amont du reverse-proxy, par exemple le firewall d’arrivée générale du site client. Ce filtrage n’autorisera que l’IP de Passerelle à accéder aux webservices.

Ajout d’une instance Passerelle « locale »

Dans cette configuration, une instance de Passerelle est ajoutée, au même niveau qu’un reverse-proxy (cf supra). Les connecteurs de Passerelle assurent alors localement la traduction des webservices tiers en webservices Publik, ces derniers ajoutant la sécurisation de l’accès entre le SI et Publik.

Cette solution présente l’avantage d’assurer un contrôle de sécurité fort des webservices diffusés à destination de Publik, contrôle assuré par Publik. Cependant, la maintenance est plus complexe que l’installation d’un reverse-proxy. Aussi ne doit-elle être mise en place que si les webservices de l’application sont très difficiles à sécuriser.

Logo Publik

MCO par Entr'ouvert

Pour qu'ils puissent assurer le maintien en conditions opérationnelles (MCO) de la partie logicielle Publik, les travailleurs d'Entr'ouvert doivent :

  • avoir un accès SSH aux machines le plus direct possible (sans nécessité de passer par un VPN, qui plus est s'il est propriétaire ou exotique). Entr’ouvert peut indiquer une liste d’adresses IPv4 source ;
  • disposer d'un accès administrateur (root) sur les machines, via su ou sudo.

Cet accès n’est pas demandé sur les machines d’infrastructure « non logicielle » telle que le serveur de base de données PostgreSQL, le serveur de log, les backups, etc. La maintenance de ces systèmes est laissée aux opérateurs habituels du site ; sauf contrat spécifique avec Entr’ouvert.

Si l'accès web à la solution est fermé, par exemple dans le cas d'un PoC ou d'une utilisation interne, alors cet accès doit être possible pour Entr'ouvert (là encore, accès direct sans VPN si possible).

Si les permissions root sont impossibles, il est au moins nécessaire, pour des raisons de support, qu'Entr'ouvert accéde facilement aux logs des machines voire à son système de supervision, et ce en temps réel. Il doit par ailleurs exister une procédure de passage root en cas d'urgence. Enfin, si Entr'ouvert n'a pas d'accès root à la machine, cela signifie que la supervision et les mises à jour régulières (au moins quotidiennes) sont opérées par l'hébergeur ; condition sans laquelle Entr'ouvert ne peut pas garantir une sécurité maximale du système.

Enfin, Entr’ouvert ne peut assurer un MCO efficace que sur des machines Debian GNU/Linux maintenues à jour – cette maintenance peut même être assurée par Entr’ouvert. Pour tout autre système d’exploitation, un contrat spécifique doit être prévu.